Mon vélo, mon histoire, un monde dans mon monde …

 

Mon vélo, mon histoire, un monde dans mon monde …

 

J’ai tellement à dire sur mon vélo, qu’une revue ne suffirait pas, mais je lui dois bien ça … mon vélo, cet amour fusionnel avec mon vélo, un bout de ma vie.

photo prise le samedi 10 avril 2021

Mon velo chat et orchidee

 

 

 

 

Mon vélo, mon histoire, mon destin, un monde dans mon monde …

J’ai tellement à dire sur mon vélo, qu’une revue ne suffirait pas, mais je lui dois bien ça … mon vélo, cet amour fusionnel avec mon vélo, un bout de ma vie.

Si je pouvais emporter quelque chose avec moi dans l’autre monde, ce serait mon vélo, il est difficile de poser des émotions fortes par écrit, alors je vous mets le lien d’un film qui reflète parfaitement cet amour que je porte à mon vélo, c’est un film que j’ai vu et revue, et c’est toujours un plaisir pour moi de le revisionner à nouveau.

Lien vers la bande annonce du film Wadjda - lien vers la page youtube

 Je me retrouve pleinement dans ce magnifique personnage du nom de Wadjda. C’est exactement mon profil.

Un film tourné en Arabie saoudite, qui met en parallèle un amour entre une véritable mère et sa fille, entre une fille et sa véritable mère, et surtout entre une fille et son vélo.

Un des plus beaux films que j’ai pu voir jusqu'ici … film ayant reçu plusieurs récompenses ...

M’enfin, revenons à mon vélo …

Que dire sur lui, un simple vélo de ville pour femme biensûr, avec mon panier (le plus important), je ne peux pas me dispenser de ma bouteille d’eau, mes tongs, mon coupe-vent, ma brume vaporisatrice parfumée pour les très beaux jours, mon portable et mes écouteurs … ah oui et de quoi changer ma chambre à air (ça c’est mon mari qui s’en occupe et Dieu sait le nombre de fois où j’ai crevé)

 

Les kilomètres parcourus avec mon vélo, en France, en Suisse, en Allemagne. Nous sommes au cœur du dreiländereck. Ça je ne vous l’avais jamais dit !

Que de défis fixés ensemble lui (mon vélo) et moi, et mon mari qui se laisse guidé par mes idéaux, mes folies, mes souhaits, mes aspirations … rejoints par notre petit (assis sur le siège arrière du vélo de son papa pour les plus folles distances).

Mon Dieu, les paysages … ces vues magnifiques, ces régions que nous traversons avec parfois une différence notable, souvent sous un soleil de plomb et parfois sous une météo exécrable, un point qui ne me dérange pas, m’enfiche tant que je suis sur mon vélo , croisant des fous du vélo, des passionnés du vélo, des habitués du vélo, souvent les visages sont nouveaux, mais on se reconnaît – nous les passionnés de la randonnée vélo, parlant quelque fois des dialectes différents, mais un sourire nous suffit pour nous reconnaître. Un peu comme les motards sur la route qui se font signe, comme pour signifier qu’ils sont une communauté à part, eh bien, nous les randonneurs-vélo, c’est pareil, sauf qu’on se salue pas, on se sourit, comme pour se dire : on est au paradis

Et nous y sommes … je le pense sincèrement

D’ailleurs, à chaque pause, c’est devenu comme un refrain, avec mon mari, on se regarde, on se comprend, on se sourit, et on pense à voix haute :

« Qu’est-ce qu’on est bien là ! »

À vélo, on est loin des turbulences de ce bas monde, étrangement on surpasse même cette fitna que le monde traverse, on est comme transporté vers un monde parallèle, un monde d’apaisement, de bien-être, un monde dans lequel on trouve même les réponses à ses soucis, un bonheur qui n’a pas d’égal en dehors du vélo, une addiction sans conséquence néfaste pour notre corps, et même un fou-rire incontrôlable au-delà d’un certain nombre d’heure de pédalage. Au couché, notre esprit nous le rend bien, il a lui aussi reçu une sorte d'ablution purificatrice. La nuit est calme et reposante, les rêves et les cauchemards disparaîssent pour laisser place à une sérénité. Rouler de nuit ne nous a jamais dérangé non plus, et on a eu maintes fois la chance d'apercevoir et de traverser cette magnifique brume au ras du sol à la fin de l'été, illuminée par la pleine lune ; traversant fermes et pâturages, reconnaissables à leurs odeurs et leurs meuglements, me rappellant mon enfance. Que la campagne est belle à vélo ! Avec ces animaux sauvages qui nous observent, eux et leurs petits ... 

Moi qui suis une amoureuse du vélo, je peux laisser libre court à cet amour

Ça fait rire mon mari d’ailleurs, il me taquine, me charrie, même sur son vélo il me rappelle que mon vélo est le sien … je prends plaisir à lui répondre : « jamais de la vie »

Surtout que c’est lui qui me l’a offert … Il a fini de lire ma revue, c’est mon premier lecteur, il l’a toujours été d’ailleurs, il en rit et répond  «amen»  à mes invocations.

Ce fût un grand plaisir pour moi de partager un bout de mon monde avec vous.

Cette revue est une lettre d’amour adressée à mon vélo, un hommage que je rends aux randonneurs courageux. Un grand merci à ces hommes qui nous ont laissé leurs propriétés le temps d'une pause picnic, d'une sieste et d'un quart d'heure salat, habitués à nous revoir chaque printemps et chaque été, que la pandémie a malheureusement emporté, de grands hommes généreux et gentils comme ils se font rares. Ce fût un grand vide pour mon mari et moi, alors on leur envoie nos prières en leur souhaitant une place honorable dans l'au-delà.

Mon Dieu, merci pour cette chance que tu m’as offerte ! que tu nous as offerts !         

Seigneur ! Fais que dans l’au-delà je puisse aussi me promener au paradis à vélo !

et merci à vous de m'avoir lue :)

Bises

Chat et Orchidée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

randonnée vélo

Ajouter un commentaire